Gueule de PULP !

On vous raconte tout sur les coulisses de la mini-série TRANSFORMERS / G.I. JOE 1939.

Deux books Vestron pas comme les autres…

Vestron a publié le premier des 2 tomes de la mini-série de Jae Lee Transformers / G.I. Joe 1939 en septembre 2021, sous une forme particulière, à l’aspect « pulp » bien affirmé. Bien sûr le format est le même que tous les autres books Vestron (ben oui, c’est NOTRE marque de fabrique…) mais sa couverture et le papier utilisé sont inhabituels. Ce choix, qui a fait des heureux (c’était espéré) et des déçus (c’était redouté), a été en fait plus été imposé par les circonstances que par une volonté du label. Pourquoi ? On vous explique.

Old-School Party Fever !

Produite en 2004 par Dreamwave (nous sommes donc, à ce jour, 17 longues années plus tard…), cette mini-série combinant les personnages de Transformers à ceux de G.I. Joe dans une histoire se déroulant pendant une version dystopique de la Second Guerre Mondiale avait, en plus de ces prémices singulières, l’atout d’être entièrement illustrée par le génial Jae Lee. Publiée uniquement aux U.S.A., elle était donc demeurée inédite partout ailleurs, y compris en France depuis. Mais comme Vestron est Vestron, et que Vestron détient les droits de publication des séries de comics Transformers et G.I. Joe, il était certain que ce manque se devait d’être comblé. Reste un détail : les planches.

Dreamwave a fait faillite en 2005. Lorsque l’éditeur américain IDW s’est mis en tête de rééditer cette perle qu’est Transformers / G.I. Joe 1939, il s’est rendu compte qu’aucun film, aucun fichier n’avait été conservé après la fin de Dreamwave. Pour la faire courte : tout ce qu’il restait de la mini-série étaient les 6 numéros imprimés qui la constituent. IDW a donc utilisé la méthode du scan pour reconstituer des fichiers afin de rééditer le titre. Le souci étant que les 6 numéros sortis en 2004 étaient imprimés sur un papier qui n’a pas la qualité des albums qu’on trouve en librairie… Néanmoins, jugeant le résultat suffisamment correct (et parce que c’est tout ce qu’il était possible de faire), IDW a réédité le titre en l’état. Le résultat n’étant pas super convaincant, une planche scannée à partir d’un support bas de gamme et imprimée sur papier ‘glacé’ (ce n’est pas le bon terme, mais dans un souci de compréhension…) donne un résultat… discutable. La restauration étant impossible à partir du matériel restant, il fallait trouver une meilleure approche pour la version française qu’on préparait de notre côté…

Détail d’une planche scannée, seul matériel exploitable à ce jour.

Pulpy pulp, à la pulpe de pulp !

Donc, en résumé, on s’est retrouvé avec des fichiers d’une qualité insuffisante pour une impression sur papier ‘glacé’ (encore une fois, ce n’est pas le bon terme, mais vous saisissez le sens…) et la furieuse envie de ne PAS enterrer à jamais l’œuvre de Jae Lee tout en essayant de trouver une meilleure approche que celle utilisée pour la réédition américaine pour que ça tienne mieux la route visuellement. Après une trentaine d’expressos bien corsés pour se booster la cervelle, c’est la solution la plus évidente qui a été retenue : jouer sur l’aspect du livre. Vestron a donc décidé d’aller aussi loin que nécessaire dans le côté ‘pulp’ pour renforcer les défauts visuels résultant des scans au lieu d’essayer de les faire oublier sous une épaisse couche de vernis, puisque de toute façon ces défauts allaient péter aux yeux… donc allons-y : on met de côté le raffinement et on part sur un papier brut, légèrement bouffant, à la blancheur moins éclatante, on change de carte pour la couverture, on adopte ces codes de fabrication d’un autre temps pour pulpiser tout ça !

Au rapport !

Soyons clairs : les défauts visuels sont toujours là, bien visibles. Le but de la démarche n’était pas de les gommer, mais de leur offrir un support qui fasse qu’on les accepte, qui leur donne une ‘légitimité’.

Par chance, le thème de la Seconde Guerre Mondiale (même dystopique) colle parfaitement à l’aspect pulp recherché. D’un autre côté, la force du style de Jae Lee, plein de contrastes forts, qui s’est retrouvé quelque peu amoindri par le processus de scan (de petites zones claires dans ses ombres, contours parfois moins forts…) ainsi que les couleurs qui ont forcément souffert elles aussi (moins éclatantes que dans les autres albums, léger moiré sur certaines zones, grains du papier des numéros imprimés en 2004 apparaissant à certains endroits…) ne ressortent pas plus resplendissantes dans cette version française que dans la réédition américaine… mais pas plus laides non plus.

En conclusion ? Si nous sommes persuadés qu’adopter cette approche était la meilleure chose à faire avec ce qu’on avait, mon colonel, le véritable but était surtout d’enfin donner l’occasion à cette œuvre d’être publiée en français. On ne pouvait pas se résoudre à laisser cette excellente mini-série au gnouf !

« Now you know », maintenant vous savez, et comme disent les Joes : « Knowing is half the battle ». C’est à vous de juger du succès de la mission : prenez le livre en main, feuilletez-le, touchez-le (n’allez pas plus loin, ce serait bizarre…) mais testez ! Maintenant que vous savez le pourquoi du comment, vous pourrez vous faire une opinion claire sur le sujet.

Transformers / G.I. Joe 1939, par Jae Lee et John Ney Rieber. TOME 1 disponible en librairie depuis septembre 2021 en librairie, TOME 2 à paraître en décembre 2021.